La société civile congolaise exige le départ de la MONUSCO

Dans un communiqué de presse rendu public mardi 20 septembre, la Nouvelle société civile congolaise ( NSCC) et les organisations des mouvements citoyens restent préoccupées et indignées des propos d’aveu d’impuissance tenu par le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres.

Dans une interview accordée à France 24 et RFI, le.SG de l’ONU s’est déclaré incapable d’imposer la paix en RDC à travers la MONUSCO, Forces des Nations unies en RDC après 20 ans. Tenez, dans cette même interview, Antonio Guterres a déclaré dans détours : “ Les terroristes du M23 sontune armée dotée des armes modernes ” au moment où se tient la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Antonio Guterres remet en cause l’existence même de l’organisation des Nations-Unies qui a pour mission entre autres le maintien de la paix à travers le monde.

Après analyse, les organisations de la société civile congolaise signataires de ce présent communiqué de presse relèvent 5 points : 1 . constatent l’aveu d’impuissance des Nations-Unies d’imposer la paix en RDC et dénoncent ce vaste complot dont la RDC est victime avec la complicité internationale. 2 . notent que si c’était l’UKRAINE, le monde entier serait mobilisé par les Nations-Unies et le Secrétaire général en tête. 3 . Appellent toute affaire cessante que la MONUSCO puisse se retirer de la RDC étant mis dans l’incapacité d’accomplir sa mission. 4 . appellent à la mobilisation générale de la population congolaise et de se tenir prêtes pour une manifestation pacifique de grande envergure contre la présence de la MONUSCO en RDC. 5 . Suggère au gouvernement de la RDC de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faciliter le départ de la MONUSCO du sol congolais, défendre nos frontières et sécuriser la population à ce complot à peine voilé. Il y a quelques mois, la population de l’est avait manifesté pour réclamer le départ des troupes onusiennes.

Au passage, plusieurs pertes en vies humaines. La même MONUSCO avait également tiré à bout portant sur trois congolais à la frontière avec l’Ouganda.

Djodjo Mafuku

Laisser un commentaire