La transhumance politique en RDC : Quand la fidélité devient une monnaie d’échange

La RD Congo a été le théâtre de nombreux épisodes de transhumance politique, où des acteurs politiques changent de camps pour servir leurs intérêts personnels. Cette pratique, loin de renforcer la démocratie, a sapé la confiance du public dans le système politique. Les citoyens sont en droit de s’attendre à une représentation politique fondée sur des convictions profondes, plutôt que sur des opportunités personnelles.

Au cœur de cette problématique se trouve la question de la loyauté. Trop souvent, la loyauté est sacrifiée sur l’autel de l’ambition personnelle, menant à une culture où les principes et les valeurs sont relégués au second plan. Cela crée un environnement politique où la méfiance règne en maître et où les intérêts individuels prévalent sur l’intérêt général.

Il est impératif de reconnaître que la politique ne devrait pas être un jeu de chaises musicales où les alliances fluctuent au gré des intérêts personnels. Au contraire, la stabilité politique et la confiance du public reposent sur des leaders qui incarnent la constance et la conviction, des valeurs qui transcendent les calculs politiques à court terme.

La transhumance politique en RDC ne fait que perpétuer un cycle de méfiance, de cynisme et de désillusion chez les citoyens. Pour construire une démocratie forte et véritablement représentative, il est impératif de réaffirmer l’importance de la loyauté, de la conviction et de l’intégrité dans la sphère politique. Les citoyens méritent des représentants qui mettent le bien commun au-dessus de leurs intérêts personnels, et qui considèrent que la fidélité et la conviction sont des vertus à préserver, même au détriment de l’ambition politique.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR

Laisser un commentaire

Banner Meet DefMaks