La voirie de la Gombe en délabrement avancé

Plusieurs tronçons de cette commune sont pratiquement déchirés et empêchent la circulation des véhicules et même des motos.

Que fait l’autorité urbaine? La voirie de la commune de la Gombe ,dan la ville de Kinshasa, va de mal en pis. Son état actuel inquiète et laisse à désirer. Elle ressemble à une banlieue, mieux dire à un milieu périphérique où les véhicules ont du mal à circuler aisément voire même impossible a. circuler sur certaines tronçons du centre ville de Kinshasa la capitale . Il y règne une impraticabilité des infrastructures routières qui ne dit pas son nom. Plusieurs tronçons de cette commune sont pratiquement déchirés et empêchent la circulation des véhicules et même des motos. Seul les piétons y circulent, mais alors avec prudence. C’est le cas du tronçon compris entre l’avenue colonel Ebeya et Wangata à proximité du gouvernement provincial où les travaux de réhabilitation amorcés il y a plus d’une année, ont été contraints d’arrêter pour des raisons inavouées. Conséquence, la chaussée est couverte des cailloux, sables, caillasses abandonnés. A cela, s’ajoute les eaux de la pluie qui viennent stagner et formées des flaques d’eau formant des ruisseaux ci et là. Cette situation gêne systématiquement la fluidité du trafic. Il en est de même sur le croisement des avenues haut Congo et commerce, donnant le dos au rond-point  »Kin Maziere » pour se projeter vers commerce, où de caillasses, sables et immondices ont formé une grande montagne qui ne dit pas son nom jusqu’à barrer la route ,empêchant ainsi les véhicules d’atteindre l’avenue du commerce de bout en bout.

Aucune artères centrale de la commune de la Gombe n’est épargné. La dégradation est totale . Au niveau des croisements des avenues Kasaï et Tombalbaye, actuel Rochereau Tabuley à proximité de la Cellule Technique de coordination et de Planification minière (CTCPM), la route se dégrade du jour au lendemain. Les véhicules qui proviennent de la grande artère Kasaï pour déboucher vers le boulevard du 30 juin ne savent plus franchir ce coin. Le macadam est presque coupé en deux. Les eaux de la pluie forment des petits étangs d’eau. Les véhicules sont obligés de prendre la gauche de la station Kasaï. Comme conséquence, cette station F/S Kasaï s’est vue dans l’obligation d’arrêter ses services. Le long de cette meme avenue kasai jusqu’au sortir du boulevard les véhicules ne s’y précipitent plus . Le croisement Kasaï et Rwakadingi, croisement Kasaï et l’avenue du marché, ne sont pas épargnées, et n’existent même plus d’ailleurs. L’avenue Luambo Makiadi couverte également des sables, cailloux et caillasses,barrent la route à toute accès des véhicules. Les avenues haut Congo qui mènent vers le restaurant le  »Délice » » et une grande partie de l’avenue du travailleur demeurent non asphaltés.

La voirie de la commune de la Gombe présente un tableau très sombre et pourtant elle est censée vendre l’image non seulement de Kinshasa la capitale mais aussi celle de la RDC sous d’autres cieux. Actuellement, le centre ville de Kinshasa n’existe plus que de nom. Elle ressemble a une ville bombardée .L’on se pose la question de savoir que font les autorités ayant la charge de cette commune? Le gouverneur de la ville de Kinshasa, le Ministre ayant l’ Infrastructures et travaux public dans ses attributions ainsi que le bourgmestre de cette municipalité, devront réagir le plutôt possible pour décanter la situation.

Laisser un commentaire