Le mirage de la vérité et la paralysie de la pensée

Dans les méandres politiques de la RD Congo réside un triste constat : un tissu complexe de mensonges tissé habilement par ceux censés guider le pays. Alors que la rhétorique politique se transforme en un ballet incessant de fausses promesses et de déclarations creuses, la population se retrouve piégée dans un labyrinthe d’illusion et de désillusion.

Au cœur de cette toile de tromperies, réside un danger plus insidieux : la perte de confiance. Lorsque les mensonges deviennent la norme et la vérité une denrée rare, la société congolaise se trouve face à un dilemme déchirant. Privée de repères fiables, elle sombre dans un abîme de confusion et d’impuissance.

Un peuple privé de sa capacité de discerner le vrai du faux est un peuple vulnérable, à la merci de ceux qui manipulent les ficelles du pouvoir. Les dirigeants politiques congolais, conscients de cette fragilité, exploitent cette situation à leur avantage, étouffant tout espoir de changement et de progrès réels.

Dans ce climat de méfiance généralisée, la démocratie elle-même est en péril. Car une société qui ne peut plus croire en ses dirigeants est une société condamnée à l’immobilisme et à la stagnation. Loin des promesses de prospérité et de liberté, le peuple congolais est enchaîné par les mensonges de ceux qui ont juré de le servir.

Face à cette réalité troublante, il est impératif de briser le cycle de la désinformation et de restaurer la confiance perdue. Seule une quête incessante de vérité et un engagement sans faille envers la transparence pourront libérer la RD Congo de ses chaînes mentales et lui permettre de retrouver sa voix et son pouvoir de décision.

Il est plus que temps de défier le statu quo, de remettre en question l’inacceptable et de réclamer un avenir meilleur pour tous les citoyens de ce grand pays meurtri.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR

Laisser un commentaire