Obsèques des victimes des pluies diluviennes: Le ras-le-bol des familles

Les familles des victimes des pluies diluviennes du 25 et 26 novembre dernier ne sont pas allées par quatre chemins pour exprimer leur tollé face à la désorganisation qui a régné lundi 13 janvier dernier lors des obsèques de leurs proches.

 ‘‘Pas question d’approcher les dépouilles mortelles’’ s’est plaint un proche d’un des victimes. Un autre proche fulmine de voir son frère être enveloppé dans un cercueil de pacotille. Certains vont jusqu’à affirmer que certains corps étaient déjà en décomposition.

Le gouvernement a procédé ce lundi 13 janvier à l’inhumation à Mbenseke Mfuti (ouest de Kinshasa) de 30 personnes dont 18 enfants, victime des de fortes pluies qui se sont abattues du lundi à mardi 26 novembre 2019 sur Kinshasa.  L’action du gouvernement intervient quelques temps après que certaines familles aient pris en charge l’enterrement des leurs.

Au moins 41 personnes sont mortes mardi à Kinshasa, victimes de pluies diluviennes qui ont provoqué dans la nuit de lundi à mardi inondations, glissements de terrains et électrocutions dans une capitale où les autorités congolaises peinent à combattre l' »urbanisme de la pauvreté ». « Les dégâts matériels et humains sont vraiment énormes », et le bilan est encore « provisoire », a déclaré le vice-gouverneur de la ville Néron Mbungu. « 80% des dégâts sont causés par des constructions anarchiques », a-t-il ajouté. Les quartiers populaires, principalement sur les hauteurs de Kinshasa (Kisenso, Lemba, Mont-Ngafula), ont été les plus touchés. Le gouvernement provincial qui a rendu public le nombre de pertes en vies humaines avait, par la même occasion, annoncé la construction d’un camp devant abriter les sinistrés en attendant de trouver une solution définitive. Ces victimes qui sont pour la plupart du quartier Livulu et sont présentement installées dans la maison communale de Lemba.

Laisser un commentaire