Résurgence d’Ebola à Butembo : La sous coordination à pied d’œuvre

La zone de santé de Butembo (Nord-Kivu) fait de nouveau face au virus d’Ebola depuis  2 semaines maintenant. En cause, après 54 jours sans que la ville n’ait enregistré de cas positif, un nouveau malade non autochtone y a été confirmé dans le laboratoire depuis le mardi 17 décembre dernier.

Depuis, on se réveille sur le nombre de nouveaux cas confirmés de sorte que la recontamination risque de reprendre de l’ascenseur. Le danger qu’on craignait dans les régions affectées par l’épidémie d’Ebola à l’Est de la RDC reste toujours imminent. Le spectre d’un retour à force du virus dans les zones de santé où l’espoir se construisait peu à peu risque de s’accentuer. Butembo, l’un des principaux épicentres qui a enregistré le plus de victimes depuis l’apparition de l’épidémie le témoigne. Avec cette résurgence, la population locale exprime son inquiètude. Parmi ceux qui l’ont indiqué à Le Potentielonline.net, trois hommes et une femme qui ont perdu les leurs au Centre de traitement de Katwa au mois de juin 2019 dernier. Se souvenant des circonstances par lesquelles le virus leur a pris leurs proches, ceux-ci redoutent que leur tour soit venu d’être emporté par cette épidémie dévastatrice. Cependant, face à cette inquiétude, docteur Jean-Paul de la sous-coordination de Butembo indique que des précautions nécessaires sont mises en place pour couper la chaine de transmission. L’agent de santé redoute tout de même une recontamination de la région si jamais la population ne prend pas garde. C’est dans cet ordre d’idées qu’il recommande aux règles d’hygiène et aux alertes urgentes pour éviter que la ville replonge dans ce danger. « Lorsqu’il y a un cas confirmé, nous menons des activités d’actions publiques. Les actions se font autour du malade, on procède à l’investigation pour retracer le parcours thérapeutique : la personne malade est passée par quelle formation sanitaire et a été traitée par qui et puis on voit le parcours social. La crainte est toujours là, en rapport avec la recontamination, parce que nous étions au 54e jour sans cas autochtone. La communauté doit encore maintenir l’éveil par rapport à tout ce qui nous vient d’ailleurs », recommande-t-il. Sa crainte est partagée également par les autorités de la ville. Toutefois, le maire qui accuse le délaissement dans le respect des règles d’hygiène, promet que tout sera mis en œuvre pour que Butembo ne soit plus affecté. « Le message que je peux lancer par rapport à la résurgence de la maladie à virus Ebola dans la ville, c’est que la population a semblé baisser les bras. Les gens commencent à oublier qu’on doit observer des mesures d’hygiène, les gens commencent déjà à se saluer de main à main alors qu’on avait déjà tout mis à pied pour qu’on évite la contamination par cette maladie. Dans les postes de santé où ces cas ont été enregistrés, nous avons ordonné qu’ils soient fermés parce que nous avons constaté qu’il y a une largesse dans la gestion. Donc, nous prenons déjà des dispositions, nous avons multiplié la sensibilisation dans des écoles, le parlement des jeunes, etc. des stratégies mises à pied afin de faire encore face à cette épidémie. Mais j’ai confiance que nous allons l’éradiquer d’ici quelques matins », a rassuré, vendredi 3 janvier, Mbusa Kanyamanda Sylvain. Il est évident que la régression des cas positifs d’Ebola est sensiblement perceptible dans la sous-coordination de Butembo depuis que l’engagement communautaire a semblé s’associer aux efforts des équipes sur le terrain. Mais face à cette résurgence, on craint que l’épidémie dévaste à nouveau la contrée, surtout que sa propagation rapide qui passe par de moindres contacts risque d’imposer son regain à grande échelle. Il sied de rappeler que depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 3.385 dont 3.267 confirmés et 118 probables. Au total, il y a eu 2.232 décès et 1114 personnes. 389 cas suspects sont en cours d’investagation, selon le bulletin du ministère de la santé.

 

 

Laisser un commentaire