Léon Kengo:  » Être membre du FCC ne se signifie pas soutenir Shadary, je suis libre »

C’est un des rarissimes acteurs politiques congolais caractérisés par une discrétion. Lui, c’est Léon Kengo Wa Dondo, président du Sénat qui est sorti de son mutisme en accordant un entretien exclusif à RFI.

Trois fois premier ministre sans oublier sa brillante carrière à la magistrature, membre du FCC et actuel président du Sénat depuis 2007, ce gourou de la scène politique congolaise passe en revue les sujets brûlants de l’actualité. Léon Kengo ne s’étonne pas que le président de la République refuse de briguer un troisième mandat:  » C’est prévu dans la Constitution et le Chef de l’État n’a fait que respecter la loi fondamentale » a-t-il précisé tout en rendant un hommage à Joseph Kabila. Le président de la chambre haute du Parlement ne s’est pas encore appesanti sur le profil d’Emmanuel Ramazani Shadary mais pense que le dauphin n’est pas orphelin : il a le soutien de Joseph Kabila. Évaluant les chances de victoire du dauphin à la présidentielle du 23 décembre, Kengo argue que les élections mettent en face un homme devant son peuple tout en précisant que rien ne garantit la victoire d’Emmanuel Shadary. Kengo pour la candidature de Moïse Katumbi  » Mon souhait est que tout le monde prenne part aux élections », c’est en ces termes que la deuxième personnalité du pays s’est exprimée pour plaider pour des élections inclusives. Kengo estime qu’exclure Moïse Katumbi serait synonyme d’avoir peur des élections et également de craindre qu’il soit élu.  » Mieux vaut le laisser se présenter, en cas de défaite, ce dernier va baisser ses prétentions » a-t-il expliqué. Le président du Sénat se réjouit de l’acquittement de Jean-Pierre Bemba et de son retour dans la lutte politique tout en informant que le leader du MLC dispose d’un bon profil pour la magistrature suprême:  » De par son père, Jean-Pierre Bemba est mon fils » a- t-i souligné. Reconnaissant le caractère difficile des négociations pour la candidature commune de l’opposition, Léon Kengo croit à cette candidature unique qui pourrait sonner l’alternance.

Propos recueillis par JM Mawete

 

 

 

Laisser un commentaire