Paul Bakenda sur les pas de son frère Michel Bakenda

Issu d’une famille chrétienne de 5 enfants (3 garçons et deux filles) dont le père est pasteur, Paul Bakenda Bolela est né dans la province du Kasaï Oriental précisément à Mbuji-Mayi  le 19 décembre.

Dans sa jeunesse, Paul  n’entrevoyait  pas de faire carrière dans la musique. Il trouvait juste plaisir à chanter par amour pour la musique. Déjà tout petit, il chantait à l’Eglise évangélique libre d’Afrique (EELDA) que dirige son père. C’est en 2008 qu’intervient le déclic. Il commence à s’intéresser à la musique comme métier. Après la mort d’Alain Moloto  qui l’a beaucoup inspiré et touché dans ses adorations, Paul décide de suivre le pas de ce grand adorateur. Ainsi 2013, cet artiste va décider de créer son propre dans le but d’adorer. Il va livrer des concerts en Afrique du sud avec Billy Bilomba dans We celebrate et avec son grand-frère Michel Bakenda dans Acclamons. Sans album sur le marché, il livre un concert en 2017 avec beaucoup de succès à l’hôtel Venus à Kinshasa. Dans l’entre-temps, l’artiste avait déjà commencé à faire de featuring avec d’autres musiciens à l’instar Van Walesa (fils du pasteur Kabundi Walesa), Michel Bakenda, Fiston Mbuyi etc. 

Ne supportant pas l’abandon des veuves et enfants orphelins, Paul crée une structure  qui s’occupe des enfants délaissés ‘’ CPAS  redonnons espoir’’ pour redonner espoir à ces enfants sans parents que la société a abandonné à leur triste sort.  Comme tout kasaien qui se respecte, Paul aime le fumbwa accompagné des poissons salés avec du fufu. Il préfère la couleur bleue et noire. Sa musique préférée est celle d’Henri Papa Mulaja et Michel Bakenda pour leur simplicité et persévérance.  Son loisir adoré est le football. Il aime Christian Ronaldo, il aime être entouré et manger bien avec de gens de différentes couches sociales. Paul regrette les péchés commis dans le passé qu’il ne pourra plus changer.

Rendez-vous pris lors de la sortie officielle de son album ‘’ Na juger bon’’ au mois de juin de l’année en cours.

Meta Mulawayi/ Stagiaire IFASIC

Laisser un commentaire