Cybercriminalité en RDC: Tunda tape du poing sur la table

De fausses ordonnances présidentielles en images photographiques, montées et modifiées, avec sceaux officiels publiées et diffusées dans des réseaux sociaux, sont arrivées aux oreilles du vice-premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux, Me Célestin Tunda ya Kasende.

Le VPM en charge de la Justice décide de passer l’étape de la rigueur de la loi et des services judiciaires et garde suspendue, l’épée de Damoclès sur la tête des personnes impliquées dans les phénomènes de cybercriminalité. Me Tunda a constaté avec regret la prolifération des mauvaises habitudes de la part de certains individus et officines pour nuire, à travers des montages grossiers, l’image des institutions de la République, des personnalités politiques et de quelques acteurs du secteur privé bien ciblés.

De ce fait, il a laissé entendre que tous ces actes nocifs et répréhensibles, plus spécialement de ceux qui se servent du Réseau Internet et des outils numériques à des fins de divulgation des secrets de correspondance, constituent des actes de cybercriminalité. A en croire le VPM Tunda, les actes criminels de diffusion publique en ligne, comme la sextorsion (par chantage ou extorsion à travers des éléments à caractère sexuel), les revanches pornographiques (par large diffusion des sextapes), la production ou la participation scénique à la pédopornographie, la falsification des documents officiels par des logiciels spécifiques,  le montage d’images notamment par photoshop ou autres dans le but de nuire, constituent également des actes de cybercriminalité. 

Me Tunda Ya Kasende n’est pas allé par quatre chemins pour faire comprendre à l’opinion congolaise qu’il dispose des moyens modernes d’investigation et de l’arsenal juridique pour traquer toutes les personnes mal intentionnées. D’où, il  rappelle à l’opinion nationale qu’internationale sa politique criminelle de tolérance zéro et instruit le Parquet à s’activer dans la répression de tous ces antivaleurs relevant de la cybercriminalité.

Ainsi, il met en garde les auteurs ainsi que les citoyens-cyber connectés qui y participent. Et même temps, il a souligné que tous les actes ici décriés feront l’objet des poursuites pénales. Le VPM Tunda appelle, par ailleurs, l’attention de toutes les institutions de l’Etat en vue de proposer des personnes fiables et professionnelles pour la bonne tenue du circuit de traitement des courriers officiels.

Laisser un commentaire