Comme on pouvait s’y attendre : Bahati Luwkwebo défenestré du FCC

La conférence des présidents a constaté avec regret, qu’en dépit des efforts fournis et l’indulgence consentie à l’égard de l’honorable Bahati Lukwebo, qui avait pris l’engagement de reconsidérer sa position tendant à présenter une candidature différente, et de respecter les décisions pertinentes prises au sein de leur regroupement politique en date du 8 juillet 2019.

 

Le sénateur Bahati est passé outre et a posé des actes qui portent atteinte aux intérêts du front commun pour le Congo. Cette déclaration a été rendu publique hier mardi 9 juillet par le porte-parole de la conférence des présidents du FCC, Lucien Bussa. Et sans attendre les choses sont allées très vite. Le bureau politique du FCC qui s’est réuni mardi a pris la décision de suspendre le leader de l’AFDC pour une durée indéterminée. Il lui est interdit de participer aux activités du FCC encore moins de parler au nom de cette plateforme.

 

La plateforme reproche à l’ancien ministre du plan de vouloir défier l’autorité morale du FCC en se déclarant candidat au perchoir de la chambre haute du parlement. Cela contre l’avis de sa famille politique qui a présenté à ce poste l’ancien ministre de la justice et sénateur Alexis Thambwe Mwamba. Mais bien avant de prendre la décision de suspendre l’autorité morale de L’AFDC et alliés Modeste Bahati Lukwebo, les membres de la conférence des présidents avaient sommé ce dernier le lundi de se désister de la course au sénat ou alors de tirer les leçons de ses positions prises. On peut lire dans cette déclaration que  » « La conférence des présidents a constaté avec regret, qu’en dépit des efforts fournis et l’indulgence consentie à l’égard de l’honorable Bahati Lukwebo, qui avait pris l’engagement de reconsidérer sa position tendant à présenter une candidature différente, et de respecter les décisions pertinentes prises par la conférence des présidents (du FCC) en date du 8 juillet 2019, le sénateur Bahati est passé outre et a posé des actes qui portent atteinte aux intérêts du FCC. Toujours au cours de cette réunion, la conférence des présidents a Par ailleurs « demandé aux cadres et élus du regroupement AFDC-A, de présenter à la coordination du FCC un nouveau leadership devant représenter leur regroupement auprès des organes du FCC » ce qui fait dire à un analyste politique indépendant que le  » dédoublement de l’AFDC est en marche « . Cette décision, qui ne surprend personne, était prévisible. Même si d’autres politiques pensent qu’elle pouvait être évitée. Un habitué de la scène politique congolaise estime lui que ; « La décision de suspension Bahati du FCC est une erreur. Cela ne l’empêche pas de se représenter comme candidat président du Sénat. Au contraire Il est maintenant un électron libre. Le FCC n’étant pas non plus reconnu juridiquement. » Pendant ce temps, le Sénateur Modeste Bahati Lukwebo, autorité morale de L’AFDC et Alliés (du moins jusqu’à preuve du contraire) maintient sa candidature à la présidence du Sénat. Il persiste et signe  » « Je maintiens ma candidature et je vais de l’avant. Si le FCC me suspend, j’irai avec mon regroupement. » Et aussi ;  » Je n’ai pas accepté. Est-ce que moi j’ai signé leur déclaration ? Nous maintenons notre candidature. Nous allons de l’avant et c’est tout. S’ils me suspendent nous iront avec notre regroupement’’. Dans ses déclarations à la presse, i Bahati Lukwebo prend acte de sa suspension du FCC et déclare que, son parti AFDC prend aussi son autonomie. Mais déjà en début de la semaine passée un groupe des députés du regroupement AFDC-A a affiché publiquement son soutien à la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba, choix de Joseph Kabila au nom du Front Commun pour le Congo (FCC). Ce feuilleton qui a débuté au lendemain de la présentation de la candidature de Ntambwe comme candidat FCC au poste de président du sénat et choix de l’autorité morale de cette méga plateforme, risque d’être très chaud dans les jours à venir. Wait and see !

Laisser un commentaire