Béatrice Lomeya lance la campagne de 16 jours d’activisme

La ministre du Genre, Famille et Enfant Béatrice Lomeya a lancé la campagne des 16 jours d’activisme pour engager le gouvernement de la République et la nation entière dans la lutte contre les violences faites à la femme.

C’était au cours d’une cérémonie s’est déroulée au salon rouge de l’hôtel du gouvernement. Ainsi, le thème international se nomme  » Oranger votre monde, génération égalité se dresse contre le viol. Ce qui a expliqué l’accoutrement de l’assistance en couleur orange. Par ailleurs, le thème national de ladite campagne est intitulé  » Jeunesse congolais dresse à vous comme la discrimination et viol Dans son allocution, la ministre du Genre a indiqué le gouvernement reste préoccupé par les violences faites à la femme, et la lutte contre ces fléau, constitue un axe majeur de la vision du président de la République Félix Tshisekedi. Béatrice Lomeya a d’entre de jeu, salué la bravoure des femmes congolaises pour leur détermination à lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre, car durant plusieurs années, elles ont pris à bras le corps la situation pour mobiliser l’opinion tant nationale qu’internationale sur ses draps. Il faut dire que dans le monde entier, cette campagne internationale de 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme, a lieu chaque année et se déroule du 25 novembre, date de l’élimination des violences faites aux femmes, au 10 décembre, date qui marque la journée internationale des Droits Humains. Béatrice Lomeya a rappelé que cette campagne a été créé par des activistes a l’occasion du premier institut internationales pour le leadership des femmes en 1991. Dans le cadre de la campagne du secrétaire général des nations unies, tous unis pour mettre un terme aux violences à l’égard des femmes. Béatrice Lomeya a indiqué qu’un appelle à l’action mondiale est lancé afin de mieux connaître cette question dans le monde et créer des opportunités sur les problèmes et les solutions.  »Si le thème international nous invite d’oranger nos communes, nos quartiers, c’est parce que la couleur orange symbolise le monde de paix à rétablir à partir de la lutte contre les violences faites contre les femmes  », a-t-elle renchérit, avant de faire remarquer que ces thèmes à savoir international et national, sont interpellateurs et attirent l’attention sur le viol et les types des violences basées sur le genre. A ce sujet, la patronne du Genre et Enfant congolais a souligné que l’article 14 de la Constitution stipule que le pouvoir public veille à l’élimination de toutes sortes discriminations à l’égard des femmes et assure la protection et promotion de ces droits. Il prend dans tous les domaines politique, économique, civil, social et culturel, toutes les mesures appropriées pour assurer la pleine participation de la femme au développement. C’est dans ce contexte que plusieurs autres textes légaux et stratégies ont été élaborés pour traduire l’engagement ferme et la volonté explicitement exprimée en vue de réduire les violences faites à la jeune fille et à la petite fille, pour faire évoluer les mentalités conservatrices de certaines traditions rétrogrades. Parmi ces textes, la ministre du Genre, Famille et Enfant a notamment cité le cas de la loi n°006/018 du 20 juillet 2006 modifiant et complétant le décret du 30 janvier 1940 portant Code pénal congolais, la loi n06/019 du 20 juillet 2006 modifiant et complétant le décret du 06 août 1959 portant Code de procédure pénale, la stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles basées sur les genres, la loi 0 9/00 1 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, le Code du Travail etc. Il faut signaler à ce sujet que plusieurs actions ont été menées sur le terrain et le renforcement des capacités pour les leaders religieux, coutumiers et communautaires, pour lutter contre les violences sexuelles.

Laisser un commentaire