Élections : Les congolais de l’étranger exclus du processus

L’Assemblée nationale a voté, sous la direction de son président Aubin Minaku, ce vendredi 08 juin 218, deux propositions de loi modifiant et complétant respectivement la loi électorale et celle portant l’identification et enrôlement des Congolais de l’étranger.

Sur 367 députés nationaux présents dans la salle, 363 ont voté pour, deux ont voté contre et deux autres se sont abstenus. Les textes sont envoyés à la chambre haute du parlement pour la seconde lecture. Convient-il de souligner qu’avec ce vote la chambre basse du parlement s’inscrit pour des élections à la date du 23 décembre prochain sans la participation des congolais de l’étranger. Auparavant, invité lors de ladite plénière, Corneille Nangaa a fait savoir que son institution s’en remettrait à l’option ou décision que prendrait la représentation nationale au sujet de la question liée à l’identification et à l’enrôlement des Congolais de l’étranger. Ainsi, pour lui, la CENI s’inscrit dans la volonté du législateur en ce qu’il avait prévu, aux termes des articles 5, alinéas 2, et 8, alinéas 2 concernant respectivement la loi électorale et celle portant identification et enrôlement des Congolais de l’étranger. «la question d’identification est légale, sa solution doit aussi être légale », a-t-il précisé. Par la même occasion, il a évoqué une série des contraintes liées à l’opération d’identification et d’enrôlement des Congolais de l’étranger, notamment des contraintes d’ordre logistique, technique, diplomatique, sécuritaire et financier. En dépit de ces contraintes, Nangaa Corneille a laissé entendre que sa structure a déjà commandé 200 kits électoraux et préparé le personnel d’appoint pour réaliser l’identification et l’enrôlement des ressortissants congolais vivant à l’étranger. En outre, il a félicité le travail abattu par les députés qui ont doté sa structure des instruments juridiques nécessaires pour atteindre son objectif. Il s’est également félicité de l’appui financier, logistique et sécuritaire du gouvernement en faveur de cette institution d’appui à la démocratie, avant de plaider pour l’accompagnement de toutes les parties prenantes au processus électoral en cours, particulièrement les partis politiques. Il a réaffirmé la détermination de la centrale électorale à organiser les élections le 23 décembre 2018. Après des avis contraires avancés par certains députés de l’opposition qui accusent la CENI en complicité avec la majorité présidentielle d’éliminer l’électorat acquis à leur cause, le texte a été voté. Rappelons que conformément au calendrier électoral de la CENI, l’identification était prévue du 1er juillet au 28 septembre 2018.

 

Laisser un commentaire